Parc national des Pyrénées
-A +A
Share
On 20/01/2020

Sur le territoire du parc national, 121 espèces d’oiseaux nicheurs sont observées. Des oiseaux d’altitude ou de plaine.

Malheureusement, le froid et la raréfaction de la nourriture peuvent avoir raison de leur énergie.

Un petit coup de pouce en nourrissant les passereaux granivores peut leur être profitable mais en respectant certains principes :

Verdier d'Europe © L. Nédélec - Parc national des Pyrénées
  • Quand ? Uniquement en période de froid prolongé.

Aux beaux jours, cette bonne intention peut créer une relation de dépendance des jeunes oiseaux qui doivent apprendre à se nourrir seuls. Par ailleurs, le rassemblement prolongé des oiseaux sur un même lieu de nourrissage aggrave le risque de transmission de maladies infectieuses dont certaines sont hautement saisonnières. Le pic d’observation de mortalité des verdiers survient par exemple au printemps, même si des mortalités sont observées toute l’année. Evitons donc le rassemblement prolongé dû au nourrissage.

Mangeoire © P. Fontanilles - Parc national des Pyrénées
  • Où ?

Placez la mangeoire dans un endroit dégagé, éloigné des murs, buissons et branches latérales afin d'éviter l'accès aux prédateurs. Placez de la nourriture pour quelques jours au plus, à l’abri des intempéries et hors sol pour éviter que la nourriture ne soit souillée et transmette des maladies. Pour la même raison, dispersez les différentes mangeoires et nettoyer les régulièrement (1/mois).

Pinson des arbres mâle © P. Dunoguiez - Parc national des Pyrénées
  • Quoi ?

Restons simple : privilégions les mélanges avec flocons d’avoine, d’épeautre, de graines de tournesol ou autre millet ou maïs concassé. Noix ou noisettes peuvent être disposées avec ou sans coque, les plus gros oiseaux les décortiquerons (pic épeiche, geai…).Très sensible à l’humidité, la cacahuète n’est pas recommandée.

A éviter absolument : la boule de graines à mésanges, trop riche en graisse elle perturbe la reproduction des dites mésanges.

A éviter également : le « pain pour oiseaux insectivores » : la présence importante de protéines sous forme d‘insectes déshydratés fait penser aux oiseaux insectivores que le printemps synonyme de début de reproduction, est revenu.
Enfin, n’oubliez pas de disposer une coupelle d’eau à changer régulièrement pour éviter qu’elle ne gèle.