Parc national des Pyrénées
-A +A
Share
Le 05/03/2018
Les Maisons du Parc

La Maison du Parc national et de la vallée de Luz Saint-Sauveur fait peau neuve, afin de devenir un bâtiment à haute performance.

Lauréat de l’appel à projet « Territoire à énergie positive pour une croissance verte » (TEPCV), en 2014 et conscient des défaillances énergétiques du bâtiment de la Maison du Parc national et de la vallée de Luz Saint-Sauveur, le Parc national a lancé officiellement le 22 février, la rénovation énergétique de cette structure d’accueil et d’information de premier plan de la vallée.

Un programme financé à 88% par le Parc national via les financements «Territoire à énergie positive pour une croissance verte », et à 12% par le Syndicat mixte de la maison du Parc national et de la vallée.

Pourquoi ce chantier ?

Au fil des années, cette maison était devenue un gouffre énergétique. Lauréat de TEPCV, le Parc national a obtenu des financements spécifiques afin de mener des actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie.

Des travaux sont donc lancés pour faire baisser sensiblement la facture d’énergie, et contribuer au confort des usagers. En même temps, et dans la continuité et la cohérence du projet, quatre packs mobilité sont mis en place. (Voir encadré 1)

 Les travaux, commencés le 12 février 2018, nécessiteront la fermeture de la maison au public du 1er mars au 18 juin 2018. La population est conviée à l’inauguration le 18 juin. Pendant la période de fermeture, l’équipe continue de travailler à la prochaine programmation. (Voir encadré 2)

Le coût total de la rénovation s’élève à 450 000 €. L’équipe de maitrise d’œuvre a été désignée par concours (voir encadré 3.) Pour l’ensemble du chantier, des entreprises locales ont été choisies.

Le projet sera l’occasion de former des artisans sur les techniques liées aux travaux énergétiques. A l’instar de ce qui avait été réalisé sur le chantier de la maison des gardes de Cauterets, des sessions de chantiers ouverts seront organisées afin de proposer aux artisans locaux d’échanger sur les techniques de rénovation énergétique mises en place.

Ces techniques, sur ce chantier permettent de traiter les différentes déperditions de chaleur tout en améliorant le confort de vie sans modifier la volumétrie globale à savoir :

. réalisation d’une « surépaisseur » de la couverture permettant une isolation par l’extérieur ;
. changement des menuiseries tout en respectant leurs caractéristiques ;
. modernisation du principe de chauffage ;
. isolation intelligente des murs, soit à l’intérieur soit à l’extérieur en fonction de leurs particularités propres, afin de ne pas masquer les éléments en pierre.

 

De gauche à droite, Cathy Marque, directrice administrative, Annie Sagnes, présidente du syndicat mixte et adjointe au maire, Marc Tisseire, directeur du Parc national des Pyrénées, Elisabeth Pozada et Jean-Claude Cousin, architectes. © Armane Courtille - Parc national des Pyrénées.

Encadré 1

A l’occasion du lancement officiel des travaux, Marc Tisseire, directeur du Parc national a souligné  l’importante mission du Parc national, de porter des innovations, appliquées en nombre dans ce chantier. Innovations concernant la rénovation énergétique et les solutions originales adoptées pour l’isolation, mais aussi pour la mobilité. Trois véhicules électriques à usage partagé sont mis à disposition des communes de Luz Saint-Sauveur, Bedous et Saint-Lary Soulan, afin d’encourager ce mode de déplacement en milieu rural de montagne. «  Nous avons fait le pari que ça peut marcher, et nous avons eu raison. On fait sans difficultés la route de Luz à Tarbes. » Le pack mobilité comprend  également une borne de recharge et douze vélos électriques, en prêt gratuit pendant un mois aux habitants.

Encadré 2

La Maison du Parc national et de la vallée de Luz comprend une salle de cinéma et de spectacle vivant, une médiathèque, une cyber-base avec 8 postes, un espace d’exposition, l’accueil du Parc national, la boutique et l’antenne de radio locale.

Construite en 1979, elle a été agrémentée d’une extension en 2002. Le style rappelle l’architecture traditionnelle de la région. De la pierre locale à taille aléatoire, de magnifiques voûtes, une charpente apparente en bois massif. Cela pour la tradition. La modernité s’incarne dans les fenêtres et baies vitrées qui laissent passer la lumière et font la part belle à la vue splendide sur la montagne et la vallée.

 Il est essentiel lors de la rénovation de conserver et ne pas masquer les éléments du bâti : murs en pierre apparentes, voûtes, esthétique de la charpente bois, particularité des menuiseries…  

Encadré 3

Quelques précisions techniques apportées par Elisabeth Pozada, architecte mandataire.

Le bâtiment est découpé en 3 zones : salle de spectacle, salle d’exposition et bureaux.

Il date du début des années 80 et a une esthétique caractéristique : hauteur assez importante, parois vitrées, murs et voûtes en pierre. Cela supposait une rénovation très technique.

Nous avions deux options pour l’isolation. Nous n’avons pas choisi la rénovation totale par l’extérieur, car cela aurait dénaturé l’architecture si particulière du bâtiment et son caractère. De plus, la construction se trouve dans le périmètre des Bâtiments de France, ce qui ajoute des contraintes supplémentaires.

Nous avons décidé de traiter la totalité de la couverture du bâtiment en surélévation, et remplacé les radiateurs.

La salle de spectacle sera isolée par l’intérieur, une pompe à chaleur la chauffera côté scène, et l’aération sera modernisée.

Pour les bureaux, c’est un système de chauffage avec chaudière et des radiateurs à circulation d’eau chaude qui a été choisi.

L’isolation par l’extérieur sera appliquée uniquement dans les zones où il n’y a pas de pierre.