Parc national des Pyrénées
-A +A
Share
Le 03/08/2022
En compagnie de la LPO, en charge de la médiation pour les PNA Gypaète et Percnoptère, les représentants de RTE ont pu observer un site majeur de reproduction de différentes espèces de rapaces de la vallée.

Portant le souci commun de concilier l’acheminement de l’électricité sur le territoire et les enjeux naturalistes, RTE et le Parc national des Pyrénées signaient en 2019, une convention pluriannuelle de partenariat (2019-2023).

Chaque année, une rencontre est organisée dans le but de faciliter l’information mutuelle sur les opérations engagées par chacune des deux parties (travaux, programmes de recherche…), de mieux comprendre les métiers de chacun et d’organiser des actions de sensibilisation sur les enjeux et les contraintes de chacune des structures.

Elle permet de dresser un bilan des actions visant à supprimer les vestiges d’activités industrielles passées de l’année écoulée : les agents du Parc national recensant les vestiges par secteur et évaluant les volumes de matériaux (ferrailles, câbles, pylônes, socles…) à extraire, RTE organisant ensuite leur enlèvement et leur retraitement. Le programme d’actions concertées pour l’année suivante est ensuite défini.

Ainsi, début juillet 2022, RTE et le Parc national des Pyrénées se sont retrouvés à Laruns. Un échange au cours duquel il a été rappelé qu’en 2021, grâce à l’action commune, 32 tonnes de ferrailles ont été enlevées sur le secteur de la Glère (Barèges).

Exemple de déchet : bidons en fer près d'un pylône entre Luz Saint-Sauveur et Soulom

Le programme de nouvelles opérations d’enlèvement et de traitement a été défini pour les années 2022 et suivantes. Le projet de dépose de la ligne de 63 000 volts reliant la centrale électrique d’Artouste à celle à celle du Hourat (Laruns) a été étudié.

Au second semestre 2022, une nouvelle campagne d’enlèvement de vestiges (isolateurs, morceaux de pylônes…) sera menée sur le secteur Soulom – Pont de la Reine (communes de Viscos, Chèze et Soulom).

La réunion a été l’occasion de rappeler les enjeux de protection des milieux naturels, des paysages et de la biodiversité, notamment la protection des rapaces, à prendre en compte, et d’échanger sur le déroulement futur du chantier au regard des contraintes techniques et environnementales.

La rencontre s’est achevée par une visite sur le terrain pour présenter aux techniciens de RTE, des zones de nidification du Gypaète barbu, du Percnoptère d’Egypte et du Vautour fauve, dans le secteur des gorges amont de Laruns. Une façon de mieux appréhender les mesures de protection à mettre en place, en phase travaux ou lors de l’entretien des lignes électriques.

Le Parc national, acteur et partenaire de proximité

Le Parc national des Pyrénées mobilise ses agents pour travailler avec les acteurs locaux et poursuivre le relevé opportuniste des vestiges rencontrés à l’occasion de leurs diverses missions de terrain. En fonction des quantités relevées et des sites concernés, et selon les opportunités liées aux chantiers programmés, de nouveaux programmes d’enlèvements pourront être définis.