Parc national des Pyrénées
-A +A
Share

Mémoires et cultures

Aborder le patrimoine culturel des vallées du parc national, c’est contribuer à la transmission des savoirs, des coutumes, du patrimoine et de l’histoire...
Chants de berger lors d'une itinérance organisée dans le cadre du programme d'été du Parc national des Pyrénées © D. Penin - Parc National des Pyrénées
Chants de berger lors d'une itinérance organisée dans le cadre du programme d'été du Parc national des Pyrénées, vallée d'Aspe © D. Penin - Parc National des Pyrénées

Culture pyrénéenne

Les parcs nationaux accordent aujourd’hui une place plus grande aux aspects culturels du patrimoine.  Le bien commun d’un territoire est désormais une notion qui intègre des aspects naturels et une dimension culturelle indéniable. Ces deux approches constituent les deux faces indissociables d’une même richesse qui participent à l’identité montagnarde, contribuant à la rendre unique.

L’identité culturelle pyrénéenne est en grande partie définie par une histoire et des savoir-faire pastoraux. Elle se manifeste par des aspects matériels (patrimoine bâti, outils, traces de l’occupation humaine…) et immatériels (savoirs, savoir-faire, langues…).

Les vallées du Parc national sont toutes différentes. A partir d’une culture commune, chaque vallée, chaque village a développé des spécificités propres. Les pratiques et l’emploi du temps d’un éleveur ne sont pas les mêmes s’il fabrique du fromage ou s’il possède un troupeau « à viande ». Les façons de conduire un troupeau ou de mettre en valeur les ressources naturelles sont donc extrêmement riches et variées. L’étude des spécificités locales d’une vallée, d’une commune, voire d’une estive contribue à rendre visible le caractère unique du territoire sur lequel nous vivons. Les manières de nommer les lieux, les êtres, la langue et la musique que ce territoire porte, révèlent un lien unique et intime entre un espace et ceux qui y vivent.

Pyrénéisme

Depuis le XVIIème siècle, les Pyrénées sont le théâtre d’une manière spécifique de découvrir la montagne : le Pyrénéisme. Considérant l’expérience physique comme inséparable de l’émotion esthétique et culturelle, il se manifeste dans les hauts lieux ayant contribué à la construction d’une image du territoire pyrénéen. Gavarnie, Cauterets, le lac de Gaube, le Néouvielle, le pic du Midi d’Ossau… forment un réseau de sites emblématiques qui suscite des approches scientifiques, historiques et culturelles. Ramond de Carbonnières, les officiers géodesiens Peytier et Hossard, le naturaliste Vincent Chaussenque, Beraldi ou encore le Comte Henry Russel ont parcouru les Pyrénées en mêlant systématiquement ces approches scientifiques et sensibles.

Les relations entre la France et l'Espagne

Les échanges transfrontaliers, en particulier ceux liés aux droits de pâturage ont donné lieu à des formes d’organisation et de droit local original. Les « lies et passeries » régissent ces échanges. Ils sont toujours en vigueur pour certaines estives comme en vallée d’Ossoue. Chaque année, le dernier mercredi du mois de juillet, plus de 1 000 vaches aragonaises traversent la crête frontière au niveau du lac de la Bernatoire pour paître sur le versant nord. Les vaches espagnoles y restent en pacage jusqu’à la mi-septembre.

Plus près de nous et à la faveur de l’histoire tourmentée du XXème siècle, la frontière entre la France et l’Espagne a vu passer d’importantes migrations de populations en recherche de sécurité.

Patrimoine culturel immatériel, littérature et création

La culture pastorale s’exprime en occitan dans sa forme gasconne. Cette réalité se perçoit dans la toponymie et se vit dans les contes, les mythes et les légendes que le territoire a inspirés. Parmi les plus connus, on peut citer « Le serpent d’Isaby », « La légende de Pyrène » ou encore « la Dauna de l’Aygue ». Les Pyrénées sont aussi le siège d’une tradition polyphonique orale d’une grande richesse qui se redécouvre aujourd’hui à la faveur d’un mouvement musical très enthousiasmant. On peut citer le groupe bigourdan « Vox Bigerri ».

A partir du XIXème siècle, des artistes venus d’ailleurs voient dans les Pyrénées une source d’inspiration qui conduit à de nombreuses représentations « classiques » de la montagne. En peinture, ils contribuent à figer une forme particulière et romantique de la montagne où les figures du berger solitaire ou du contrebandier sont largement exploitées. Un exemple bien connu est le tableau de Rosa Bonheur « Berger des Pyrénées ».

La montagne est également un sujet de choix pour les écrivains. De nombreux auteurs comme Hyppolite Taine, Lamartine ou Victor Hugo y séjournèrent pour y puiser leur inspiration.

Parce qu’une action culturelle ne peut se réduire à la reproduction de gestes du passé, il est important de rendre visible, d’amplifier et d’accompagner les expressions contemporaines issues du territoire. Elles nous montrent, en effet, une culture en évolution et en renaissance permanente.