Parc national des Pyrénées
-A +A
Share

Atténuer la pollution lumineuse

A l’heure actuelle, 40 % du flux lumineux émis par l’éclairage public se dispersent directement vers le ciel. Cette orientation inadaptée entraîne une pollution lumineuse, responsable notamment du voilement des étoiles, du déséquilibre des écosystèmes nocturnes et d’une hausse de la facture d’électricité communale. Dans le but de limiter cette pollution et préserver la qualité de la nuit, le Parc national des Pyrénées est co-gestionnaire de la Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi de Bigorre (RICE).

Ciel étoilé et pic du Balaïtous, val d'Azun © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées
Ciel étoilé et pic du Balaïtous, val d'Azun © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées

La Réserve Internationale de Ciel Etoilé

Initiée par l’association PIRENE, regroupant des astronomes amateurs du Pic du Midi, puis soutenue par le Syndicat Mixte pour la Valorisation Touristique du Pic du Midi, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et un réseau de partenaires et financeurs*, la Réserve Internationale de Ciel étoilée (RICE) du Pic du Midi est devenue réalité en 2013. En décembre de cette année, l’International Dark-sky Association, entité américaine de plus de 20 000 membres, a décerné le label RICE au territoire. Elle est la sixième Réserve au monde et la première en Europe !

Aujourd’hui co-gérée par la Régie du Pic du Midi, le Parc national des Pyrénées et le Syndicat départemental d’énergie 65, la RICE du Pic du Midi est un espace au sein duquel les acteurs et structures s’organisent pour protéger et préserver la qualité de la nuit à travers l’éducation du public et la mise en place d’un éclairage responsable. Elle se compose de deux espaces étendus sur 3 000 km² soit 65% des Hautes-Pyrénées:

- une zone cœur définie par l’absence d’éclairage public et jouissant d’une qualité de la nuit extraordinaire. La zone cœur de la RICE est un calque presque identique à la zone cœur du Parc national des Pyrénées,
- une zone tampon dans laquelle les acteurs du territoire reconnaissent l’importance de l’environnement nocturne et s’engagent à le protéger.

La lutte contre la pollution lumineuse débute par une conversion  et une redimension du parc d’éclairage. Un large programme de travaux de rénovation de l’éclairage public est mis en œuvre. En favorisant l'installation de nouveaux modes d'éclairage économes et moins polluants.

L’accès aux astres est ainsi amélioré, l'environnement nocturne protégé, l’énergie dépensée réduite…. Ces actions promeuvent par là-même un tourisme atypique, centré sur l’univers nocturne exceptionnel qu’apporte la RICE.

 Carte de la RICE (Réserve Internationale de Ciel Etoilé au Pic du Midi) du Pic du Midi

 

Co-gestionnaire, le Parc national des Pyrénées soutient la Réserve Internationale de Ciel Etoilé au Pic du Midi (RICE) à plusieurs titres :

  • Le Parc national fait le lien avec les gardiens de refuges qui participent à l'opération "Gardiens des étoiles". Ils assurent le suivi de la pollution lumineuse en prenant des mesures de la brillance du ciel nocturne. Les relevés sont ensuite centralisés pour évaluer et quantifier les bénéfices des multiples changements d’éclairage.

  • Les équipes du Parc national sensibilisent les acteurs du territoire au phénomène de la pollution lumineuse et de ses impacts sur l’environnement et la santé. En effet, plusieurs manifestations à l’occasion du « jour de la nuit » sont organisées à l’intention du grand public. Par ailleurs, et des formations ont été proposées aux accompagnateurs en montagne bénéficiaires de la marque Esprit parc national.

  • Le Parc national porte un programme de protection, conservation et réhabilitation des voies de déplacements des espèces nocturnes, appelées trames nocturnes

 

* Partenaires et financeurs: la région Midi-Pyrénées, Le conseil général des Hautes-Pyrénées, le Parc national des Pyrénées, le Syndicat Départemental d'Energie, EDF, l'Association Nationale de Recherche et de Technologie, Société Environnement Territoire, l'Observatoire Midi-Pyrénées, l'Irap, l'International Dark-sky Association, le Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves, la Communauté de communes de Haute-Bigorre et le Pays des Nestes.

Réhabiliter la trame nocturne

Le Parc national des Pyrénées s’engage à maintenir la biodiversité nocturne à travers le programme Adap’Ter. Entravée dans ses déplacements par les ruptures de continuité écologique nocturne, une part de la faune sauvage peut rencontrer des difficultés à assurer son cycle de vie.

Chauve-souris

Chauve-souris, au second plan commune de Cauterets© T. Friedrich - Parc national des Pyrénées

Le Parc national des Pyrénées et le Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises ont travaillé de concert afin d'identifier, maintenir et restaurer les trames nocturnes, voies de circulation des espèces vivant de nuit.

Le programme Adap’Ter est basé sur l’étude scientifique des déplacements de la faune nocturne sensible à la lumière. A partir de ces mouvements, notamment ceux des chauves-souris, un seuil de pollution lumineuse a été défini, limite à partir de laquelle la lumière constituerait un obstacle infranchissable. Ce seuil est pris en compte dans la définition des réservoirs et corridors écologiques des trames vertes et bleues. Un temps important sera également consacré à la sensibilisation et à la mobilisation des acteurs afin que ces résultats viennent ajuster les projets d’aménagements prévus sur le territoire.

 

Découvrez la cartographie de la pollution lumineuse réalisée sur le territoire du Parc national des Pyrénées par Dark Sky Lab.

Le programme Adap’Ter est mis en œuvre grâce au soutien financier de la région Occitanie et la région Nouvelle Aquitaine.

Convertir les éclairages communaux

Le Parc national des Pyrénées a soutenu le projet de la commune d’Aulon (65), laquelle a remplacé près de 40 lampes sur les 52 de son parc d’éclairage. Les lampes retenues sont moins puissantes et plus directionnelles, ainsi, la qualité de la nuit est préservée bien que les voies publiques soient éclairées. Avec l’appui financier et technique du Parc national des Pyrénées, la Réserve naturelle régionale d’Aulon a pu accueillir une stagiaire afin d’élaborer un protocole de mesure de la pollution lumineuse et de ces impacts sur la biodiversité, avant et après conversion de l’éclairage.

Les résultats sont éloquents : avec une puissance installée plus faible et une gestion de l’éclairage en deuxième partie de nuit, la pollution lumineuse a diminué de 80% et la facture d’éclairage de 40% !

Ces travaux ont eu des effets très positifs sur la qualité de vie des Aulonais, l’environnement et la mise en valeur de la commune. Le Pays d’Art et d’Histoire a animé des visites nocturnes du village autour de ce patrimoine bâti redécouvert. De plus, le label « Villes et villages étoilés » de l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne a été attribuée à cette commune du Parc national des Pyrénées ainsi que le prix « Ciel Etoilé » décerné par EDF et le Syndicat d’Energie 65 lors du forum de l’éclairage à Tarbes en 2014.

Avant-après les changements d'éclairage, le village d'Aulon à quelques mois d'intervalle

Avant-après les changements d'éclairage du village d'Aulon à quelques mois d'intervalle © B. Charlier - UPPA - Laboratoire SET UMR CNRS-UPPA 5603