Parc national des Pyrénées
-A +A
Share

Lacs et rivières

Torrents, ruisseaux, rivières souterraines… Le Parc national regorge de cours d’eau et de lacs d’exception.
Le Parc national des Pyrénées est riche de 169 plans d’eau dont 76 en zone cœur et d’un réseau hydrographique avec plus de 3 200 kilomètres de cours d’eau dont 538 en zone cœur.
 
Sous-bois à l'automne au bord d'un cours d'eau © P. Dunoguiez - Parc national des Pyrénées
Sous-bois à l'automne au bord d'un cours d'eau © P. Dunoguiez - Parc national des Pyrénées

Ce réseau hydrographique est le vestige des anciennes formations glaciaires. Le phénomène d’érosion glaciaire a structuré la formation des vallées.

Fiche descriptive Cincle plongeur
Fiche descriptive Crapaud accoucheur
Fiche descriptive Desman des Pyrénées
Fiche descriptive Euprocte des Pyrénées
Fiche descriptive Grenouille des Pyrénées

Description des actions relatives aux lacs d'altitude réalisées dans le cadre du suivi du changement climatique.

La plupart des lacs de montagne sont nés après la dernière glaciation et le retrait  progressif des glaciers associés. Les lacs, nés du surcreusement des glaciers, sont de deux types :

Les lacs de verrou :

Lac Glacé et pic de Tuquerouye, vallée de Luz-Gavarnie © B. Clos - Parc national des Pyrénées
Lac Glacé et pic de Tuquerouye, vallée de Luz-Gavarnie © B. Clos - Parc national des Pyrénées

Les glaciers, de par leurs mouvements, érodent les roches. Lorsqu’ils rencontrent une roche plus dure, il se forme alors un verrou, obstruant en partie la vallée. Un surcreusement à l’amont de ce verrou peut à l’issue du retrait du glacier donner naissance à un lac.

Les lacs de moraine :

Lac de morraine, lac des Huats, vallée de Gaube, vallée de Cauterets © P. Meyer - Parc national des Pyrénées
Lac de morraine, lac des Huats, vallée de Gaube, vallée de Cauterets © P. Meyer - Parc national des Pyrénées

En se déplaçant, les glaciers arrachent des fragments de roches et transportent des débris tombés des versants environnants. Accumulés en bourrelet aux bords du glacier et particulièrement sur le front du glacier (moraine terminale), cette dernière peut constituer un barrage lors du retrait du glacier donnant naissance à un lac.

De par l’évolution naturelle, les lacs se comblent lentement et progressivement du fait de l’érosion du bassin versant et d’un enrichissement progressif en matière organique. Cette évolution s’associe également à un phénomène d’eutrophisation où le milieu va avoir tendance à se charger en nutriments. Ce phénomène naturel peut s’accélérer si des apports extérieurs de matière organique viennent s’ajouter notamment en lien avec des activités anthropiques. Cela peut conduire à un dysfonctionnement complet de l’écosystème lacustre.

Des espèces aquatiques et semi-aquatiques remarquables : Ecrevisse à pattes blanches, Cincle plongeur, Loutre, Desman des Pyrénées, Calotriton des Pyrénées (Euprocte des Pyrénées) …