Parc national des Pyrénées
-A +A
Share

Usnea longissima (type fruticuleux en tige)

L'Usnea florida se caractérise par ses nombreuses apothécies (spores) en forme de grands disques entourés de fibrilles. © E. Florence - Parc national des Pyrénées
L'Usnea florida se caractérise par ses nombreuses apothécies (spores) en forme de grands disques entourés de fibrilles. © E. Florence - Parc national des Pyrénées

Identification

Longtemps désignées sous le terme générique d’Usnée barbue, ce sont en fait une quinzaine d’espèces différentes qui forment des buissons dressés ou pendants de 3 cm jusqu’à 1 m de long (Usnea longissima). Ils sont formés de tiges à section ronde, plus ou moins ramifiées, avec en leur centre un cordon blanchâtre d’une étonnante résistance à l’étirement. Sur ces dernières on peut observer de courtes ramifications perpendiculaires (fibrilles) qui ont pour fonction d’optimiser la photosynthèse. Elles peuvent-être particulièrement visibles autour de grands disques renfermant les spores.  

Habitat

Les Usnées se fixent principalement sur l’écorce des arbres (feuillus et résineux), quelquefois sur la roche. Elles ont besoin d’une athmosphère humide et surtout dépourvue de pollution. Par exemple elles sont les premières touchées par les pluies acides. Dans les vallées de montagne où le flux touristique est important elles bénéficient d’un régime de brises protecteur.    

Où les observer ?

Surtout dans les vieilles forêts (hétraie-sapinière) de l’étage montagnard, bien souvent au sol après les tempêtes. Quant à l’Usnée cornue, la moins sensible au dioxyde de soufre, elle peut s’observer non loin des activités humaines.

Utilisations

Elles ne sont pas seulement bio-indicatrices de la qualité de l’air. Au cours des chutes de neige les isards en sont friands car elles leur apportent du sucre et des substances antibiotiques qui les protègent des affections respiratoires.

Elles entrent aujourd’hui dans la composition de cosmétiques de part leurs propriétés antibactériennes.