Parc national des Pyrénées
-A +A
Share

Crapaud accoucheur

Crapaud accoucheur  © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées
Crapaud accoucheur © C. Cuenin - Parc national des Pyrénées
Nom scientifique : Alytes obstetricans

Identification

Les crapauds accoucheurs adultes sont de petite taille même à l’âge adulte. Les têtards, eux, sont les plus gros rencontrés en altitude, certains dépassant la taille d’une grosse noisette. Ceci s’explique par l’allongement de la durée larvaire qui dépasse plus de 7-8 ans au-delà de 2 000 mètres d’altitude.

Habitat

En Europe, cette espèce détient le record de vie en altitude pour un amphibien : plus de 2 500 mètres. En effet, c’est une vie active limitée à 4 mois par an, seule durée possible d’activité à plus de 2 300 mètres, qui leur permet de vivre jusqu’à plus de 30 ans ! On trouve le Crapaud accoucheur à toutes les altitudes, depuis le niveau de la mer, et dans toutes les régions de France. On le trouve y compris en zone péri-urbaine, où son chant flûté retentit la nuit. C’est un des amphibiens les moins exigeants. La protection de la ponte est faite par le mâle, hors de l’eau. Il suffit que celui-ci puisse trouver un point d’eau calme pour faire éclore les œufs pour que l’espèce s’installe.

Comportement

Petit crapaud, il vit sur un tout petit espace, se cachant sous les cailloux, se déplaçant peu, dans les murets, dans un trou. Hors période de reproduction, plusieurs crapauds peuvent vivre ensemble. Durant la saison de reproduction, chaque mâle a son bout de territoire. Il le marque et attire les femelles en lançant son cri de façon répétée toute la nuit.

Régime alimentaire

Majoritairement insectivore (fourmis, œufs de mouche, cloportes, ..), il peut être comme la majorité de amphibiens carnivore en consommant quelques têtards. Les têtards consomment les algues et le bio-film présent sur les cailloux

Cycle de vie

En plaine, la saison de reproduction commence dès mars, alors qu’en montagne il faut attendre fin juin – début juillet pour entendre les premiers appels des mâles. Les femelles, attirées par les mâles, pondent une cinquantaine d’œufs que le mâle recueille entre ses pattes arrière. Il peut ramasser jusqu’à 3 pontes. La femelle repart tandis que le mâle va se cacher sous une pierre à proximité de l’eau. Il va attendre de 3 à 8 semaines avant de libérer les têtards. Ceux-ci vont passer au moins un hiver dans l’eau (jusqu’à 7-8 en haute montagne) avant de se transformer en tous petits crapelets et gagner la terre ferme. En plaine, l’espérance de vie est faible. En montagne, certains individus dépassent les 6-7 ans à l’âge adulte soit plus de 15 ans d’âge vie larvante comprise.

Préservation

Espèce protégée, le Crapaud accoucheur n’est pas menacé en France. Seules les populations de montagne sont plus sensibles du fait de leur petite taille. Récemment, l’apparition d’un champignon pathogène venant perturber la métamorphose des têtards a occasionné des pertes de plus de 80 % des individus en moins d’une année sur certains secteurs. Ce phénomène, inquiétant et peut-être lié au réchauffement climatique, compromet à terme la survie de cette espèce en montagne surtout, ce champignon semblant moins agressif en plaine. En haute altitude, les populations de crapauds accoucheurs sont très fragiles. Elles sont peu abondantes, souvent moins de 10 mâles adultes. La durée de vie larvaire les rend très sensible à toutes modifications du milieu : introduction de poissons, pollution de l’eau, assèchement… La gestion piscicole est adaptée à la présence de l’espèce et des opérations de restauration de milieux ont été entreprises en faveur de cette espèce.

Comment l'observer ?

De par leur grande taille, les têtards sont bien visibles dans l’eau. Ne les touchez pas, les sortir de l’eau pourrait leur être fatal). Vous repèrerez les adultes grâce à leur chant … mais il ne sera pas facile de les approcher. Les vibrations du sol les font taire et ils peuvent se cacher sous trois fois rien.